Après les légumes, pourquoi pas des épis ?


Constatant que les céréales composent une part importante de notre alimentation, j’ai envie d’essayer d’en faire pousser. De la bonne, de la bien haute.


Et toujours sans rien y connaitre évidemment sinon je pense que je ne me serais jamais lancé.

C’est parti. Je trouve un paysan sur un site de petites annonces qui propose du blé rouge de Bordeaux. En bio évidemment. Pourquoi prendre un seul sac si je fais la route, vas-y pour 100 kg ! Au pire les poules seront contentes.


J’apprendrais plus tard qu’il est garni de vesce dont j’ignorais jusque là l’existence. Pas vraiment gênant pour mes essais heureusement. Et ça fait une belle fleur au milieu du blé.


Ma condition de base est simple : tout doit être fait sans tracteur ou travail de sol, même superficiel. Alors plusieurs facteurs sont croisés pour voir quelle combinaison donnera le meilleur résultat. Herbe haute ou tondue, grain nu ou enrobé d’argile, posé au sol ou à la volée, semis précoce ou tardif, recouvert ou pas,… La pelouse se transforme en vaste champ d’essai ou toutes les folies sont permises.


Dans mes conditions, la combinaison boulette d’argile-à la volée-précoce me donne le plus de satisfaction. Pour moi satisfaction de voir le blé grandir et pour les enfants un super jeu de lancer les boulettes dans l’herbe.


En deuxième position de réussite, un semis à la volée où se trouvaient les tomates. Semé trop dense, le vent aura raison de son sort en le couchant au sol. Et je peux vous dire que Katy me l’a reproché assez souvent : « quel dommage, cette belle parcelle nous auraient produit de belles tomates à la place de ce pauvre blé couché ! ».


Et la récolte alors me direz-vous ? En voulant jouer au plus malin et repoussant celle-ci, les moineaux ou étourneaux m’ont devancé et se sont régalés de ce rouge de Bordeaux. D’habitude les gens nourrissent les oiseaux pendant l’hiver, moi je leurs ai préparé un vrai festin début juillet.


Cette année, je remets ça avec du seigle.


Affaire à suivre avec l’objectif de faire tourner le moulin à céréale cette fois.